Retour au blog

Vero, le « nouveau » réseau social qui défie Instagram

Vero, un nouveau réseau social ? Pas vraiment. Mais après 2 ans passés dans l’ombre, le pari d’Ayman Hariri connaît un fulgurant succès.

Selon Google Trends, Vero – true social, un réseau social lancé en juillet 2015, a connu en février 2018 une croissance de 300% dans les recherches du géant multicolore. Il faut croire qu’après des années de discrétion, le réseau social prônant « les vraies relations d’abord » commence à sortir de l’ombre.

Rien de nouveau sous le Vero

En 2015, le pure player TechCrunch écrivait : « Les créateurs de Vero parient qu’il y a encore une place pour un nouveau type de réseau social – un qui accorderait plus d’attention aux nuances des vraies relations humaines  ». Le pari de l’équipe de Vero, fondé et dirigé par le frère de l’actuel Premier ministre libanais, Saad Hariri, était de fournir à la foule grandissante de déçus des réseaux traditionnels une alternative plus sélective et plus naturelle. Néanmoins, le succès n’a pas été instantané – le réseau est resté dans un relatif anonymat depuis juillet 2015.

© Vero

Seul Zack Snyder, le réalisateur de Watchmen, avait réussi a attirer l’attention des internautes sur le réseau social en septembre dernier. Le cinéaste avait réalisé pour l’entreprise de son ami Ayman Hariri un film sur son iPhone qui avait été relayé dans la presse. Mais, à l’époque, personne ne semble sincèrement retenir Vero.

Une large migration des influenceurs

Il apparaît que Vero a entrepris une large campagne auprès des influenceurs Instagram durant ces dernières semaines. Aux États-Unis, l’entreprise a touché des personnalités comme Christian Collins, qui a promu l’application auprès de ses millions d’abonnés. Rapidement, les influenceurs ont fait connaître l’application autour d’eux et la presse américaine s’est mise à relayer une « migration massive  » d’utilisateurs Instagram vers Vero – largement mise en scène par l’entreprise d’Hariri.

Il y a cinq jours, la cosplayeuse Tine Marie résumait cet engouement sur son blog : « Vero est très proche d’Instagram pour les publications, mais ils promettent de ne pas se munir d’algorithmes, qui ont été un gros problème ces deux dernières années sur Instagram et Facebook»

En effet, depuis 2015, l’opinion a beaucoup évolué sur son rapport à Facebook et aux réseaux sociaux, pointant désormais leur déformation du réel et leur trop grand appétit pour les algorithmes de ciblage.

Créer l’envie

Le site d’Ayman Hariri a, parallèlement à sa campagne auprès des influenceurs, promis de rendre payantes les inscriptions au service dès lors qu’un million d’utilisateurs auront été réunis. Le CEO a en outre promis un abonnement gratuit à vie pour les premiers utilisateurs : la machine fut ainsi lancée.

Il en résulte alors un effet boule de neige : les influenceurs font parler de Vero et la promesse de rendre payant le réseau pousse les internautes à s’inscrire pour ne pas payer. Cette stratégie montre deux choses : Vero, en 2 ans d’existence, n’a toujours pas réuni un million de personnes – loin de la migration annoncée. Et à la fin de cette période de mise en scène de la rareté, son combat pour garder ses utilisateurs ne fera que commencer… Peut-être avec un abonnement – business model qui n’a pas réussi à beaucoup.

Commentaires