Retour au blog

Le bleu sa couleur préférée, son sourire un atout marqué !

Vous rappelez-vous ?

La semaine passée nous nous sommes penchés sur un sujet qui fait de plus en plus écho dans la stratégie de communication de nombreuses entreprises et marques, le marketing d’influence.

En effet, chaque aspect méritait une réflexion de notre part et nous vous avions promis de tout nouveaux types de contenu.

Chose promise chose due !

Nous sommes allés à la rencontre d’un jeune homme qui s’est exprimé à ce sujet sans retenue et en toute sincérité.

Fonceur et motivé comme jamais, dans cette interview il nous dévoile tout !

Mais qui est-il et que fait-il dans la vie ?

Noam Yaron se présente comme « P’ti YouTubeur Suisse » et pourtant malgré une approche très modeste, à tout juste 20 ans, il a un bagage professionnel dont il peut être fier.

Passionné par le sport, le cinéma, l’acting et bien d’autres domaines il a créé il y a un an de ça, sa chaîne YouTube dynamique et divertissante dans laquelle il propose des sujets variés mais toujours drôles et amusants.

Et ça c’est tout lui !

A côté de ça, il est également très actif sur son compte Instagram où il peut compter sur sa fidèle et grande communauté, majoritairement suisse, pour le suivre dans ses aventures et projets tant personnels que professionnels.

Peu importe qui il a en face de lui, il est difficile de ne pas garder le sourire en assistant à la positivité des contenus qu’il partage sur les réseaux sociaux.

Puis, parallèlement à ces activités, il effectue un Bachelor en marketing, communication et relations publiques. C’est une façon de mettre à profits ses connaissances au sein de ses projets professionnels.

Qu’en est-il de son expérience influenceur-marque ?

Tout d’abord, Noam n’aime pas vraiment se dire influenceur mais créateur de contenu car il estime que ce terme est péjoratif et ne qualifie pas du tout ses activités.

Quant à ses partenariats, il nous fait part d’une grande affluence de nouveaux contacts et projets à son égard. D’abord repéré grâce à son compte Instagram et sa chaine YouTube, les marques ont pour habitude par la suite de le contacter directement par mail afin d’organiser une quelconque collaboration comme par exemple la promotion  d’un évènement ou sortie d’un nouveau produit.

En général, tout dépend de la marque et de ses objectifs. Notre jeune YouTubeur choisit ses partenariats en fonction de l’univers et des valeurs de la marque car pas tout ce qui lui est proposé lui correspond forcément. Typiquement, des produits de beauté ou du maquillage.

Oui oui tout est possible !

Accepter des collaborations oui, mais pas à n’importe quel prix

Encore une fois, il n’est pas question d’accepter un projet si l’identité et les valeurs de chacune des parties ne sont pas en corrélation.

« Je privilégie la qualité à la quantité ». En effet, il met un point d’honneur à faire les choses de manière professionnelle et adaptée à chaque proposition.

C’est lorsqu’il travaille avec une marque et rend la collaboration tant amusante pour sa communauté, rentable pour l’entreprise mais sympa aussi à réaliser de son côté qu’il en ressort grandi et gagnant.

Quand il vise l’échange qualitatif il attend une satisfaction globale et de tous les côtés.

Et c’est là que l’échange qualitatif qui offre cette visibilité de qualité et dont tous les partis ne peuvent que profiter.

Peut-on parler de contrats ?

Tout tourne autour de la grandeur d’une campagne et de ses objectifs.

Récemment il a travaillé pour le groupe Coca cola, il a également eu l’occasion de participer à des campagnes sur le long terme et parfois il établit en partenariat des contrats d’exclusivité.

Or, dans la plupart des cas les marques font leurs propositions par de simples échanges de mails par exemple.

En réalité, les vrais contrats ne sont pas si fréquents.

La collaboration avec Fanta, un grand pas

Souvenez-vous, il y a quelques temps Fanta a mis en place une campagne absolument novatrice et qui mettait en scène des influenceurs tant en Suisse Romande qu’en Suisse Allemande.

Le but était de promouvoir d’une manière ludique, dynamique et interactive de nouvelles boissons et de nouveaux arômes. Le nouveau produit est très simple, il suffit de créer  de nouveaux goûts en mélangeant l’une des trois saveurs de Fanta Instamix avec la boisson Fanta Orange classique.

Si c’est pas chouette l’innovation !

Ainsi, la marque a démontré qu’elle pouvait révéler cette campagne sur un ton plus divertissant que promotionnel. Cela a beaucoup apporté en termes de valeurs ajoutées, tant à la marque qu’aux influenceurs.

Ceux-ci ont d’ailleurs été vus et repérés sur diverses plateformes et réseaux sociaux, le budget média avait notamment été prévu à cet effet. Fanta a posté l’évènement sur sa page Facebook qui compte tout de même plusieurs millions d’abonnés ainsi que sur sa chaine Youtube.

« C’est vraiment incroyable ils nous ont offert une visibilité énorme, on était partout et c’était fou, j’ai encore du mal à réaliser ! »

Fanta a sans doute créé l’un de ses plus grands succès grâce à cette campagne, la satisfaction s’est fait sentir tant chez les jeunes que chez les moins jeunes mais surtout les influenceurs ont prouvé qu’ils avaient une place considérable à jouer en Suisse.

Le marketing d’influence un « must have» et un phénomène déjà bien répandu à l’étranger.

Plus qu’une expérience, une aventure

« C’était juste extra et le mieux dans tout ça c’est que je me suis éclaté. C’est vraiment ce sentiment que je recherche, un partage agréable pour moi et les autres. Fanta et moi avons créé des contenus géniaux et inédits ! »

Se retrouver embarqué dans un projet aussi ambitieux n’est pas chose courante pour un jeune de son âge et pourtant il nous décrit cette expérience comme impressionnante surtout quand il s’est découvert sur les vidéos et panneaux de publicité.

« Fanta me ressemble beaucoup, on est dans le même délire et c’est pour ça que je me retrouve dans leur philosophie d’entreprise qui se veut jeune et dynamique. »

Après tout notre jeune Youtuber a lui même décidé de se présenter comme tel à son public et c’est un parti pris qu’il assume totalement !

Des conditions non-négociables

Il y a à peu près une année, Noam a commencé à créer du contenu personnel et il a très vite refusé tous types de partenariats non-rémunérés, non pas pour une question d’argent mais bien de temps.

En effet, il fait toujours en sorte que ses contenus soient qualitatifs, il y met du coup passablement de coeur et d’heures de travail, ce qui est une qualité rare et recherchée chez bon nombre de YouTubers.

Très minutieux dans ses projets, il cherche constamment à collaborer de manière optimale avec une marque et d’en faire ressortir les meilleurs contenus. Il privilégie notamment les partenariats pour lesquels il faut investir du temps, des idées, du travail et qui apportent quelque chose de productif tant pour lui que pour la marque qui aura par la suite un retour sur ces actions.

En revanche, des sujets comme la santé, les maladies infantiles ou encore les troubles du comportement sont des sujets qui lui tiennent beaucoup à cœur et pour lesquels jamais il n’imposerait une rémunération.

« Ça part d’une intention tout à fait honnête, j’en fais les démarches personnellement. Mon souhait est de sensibiliser les gens à ces diverses causes et d’offrir une visibilité plus grande à tous ces domaines. »

Qui s’adapte à qui ?

Tout dépend.

« La marque a un objectif bien précis c’est de vendre tel ou tel produit. Après c’est à moi de choisir si oui ou non je souhaite travailler avec elle. Je m’adapte à l’objectif qu’elle s’est fixée et non à toutes ses envies. »

En effet, c’est une affaire d’affinité et chaque partie doit y trouver son compte.

« Pour que tout se déroule au mieux, il est primordial que le partenariat soit en cohérence avec ma communauté, je ne peux pas me permettre de parler d’un produit si moi-même je ne suis pas convaincu que le concept est en corrélation avec la marque. »

Et bien, justement la marque Fanta a laissé une certaine liberté aux influenceurs afin qu’ils puissent gérer le projet. Le challenge était plutôt innovateur puisqu’il fallait mettre en scène le produit et non en faire de la promotion traditionnelle, classique et agressive. Ce qui colle totalement avec les valeurs de notre jeune YouTuber.

En bref, c’était que du bonheur !

Pourquoi investir dans cette stratégie de communication ?

Le marketing d’influence cartonne déjà dans de nombreux lieux comme les Etats-Unis et est devenu un vrai moyen de communiquer au même titre que la télévision, la presse ou encore l’affichage.

Or, même si la Suisse a encore du retard par rapport à ce genre d’initiative cela est dû à son marché, à ses habitudes et le fait qu’on y parle 4 langues. Il est souvent complexe de s’adapter à son environnement et trouver l’angle d’attaque correct.

De plus, il y a plusieurs facteurs sociaux à prendre en compte. L’être humain a du mal à faire confiance aux nouvelles technologies et par défaut est réticent au changement. Sans oublier qu’il n’y a pas beaucoup d’influenceurs en Suisse (surtout en Suisse Romande) qui ont une grande et fidèle communauté derrière eux.

Cependant, ceux qui s’appliquent à fournir des contenus uniques, originaux et propres à leur identité n’auront jamais de problèmes avec leur communauté. Il y a un aspect de confiance à construire et à entretenir.

« Si en tant que YouTuber je décide de faire entrer une marque dans cette sphère d’intimité et confiance qui est celle de ma communauté et moi-même c’est que quelque part j’ai validé le fait que je partage les mêmes valeurs que la marque. »

Des limites à la relation influenceur-marque

L’influenceur aura toujours une part de liberté éditorial et une prise de parole plus grande en comparaison avec une marque.

« J’aime ce que je fais parce que j’ai toujours cette part de liberté qui fait que je pourrais toujours réaliser mes envies et mes rêves sans être conditionné d’une manière ou d’une autre. »

Noam aime avant tout divertir les gens et leur offrir une « étincelle » de joie et de bonne humeur. Il est loin des clichés typiques que l’on peut avoir à l’égard des Instagramers et YouTubers ; la vie de rêve où tout est tous frais payés. Non, lui trouve sa force dans l’aspect émotionnel qu’il transmet à sa communauté.

Tout dans le cœur, rien dans les apparences comme vous l’aurez compris !

Sa communauté, une famille unique

Nous avons tous des rêves et des envies mais parfois il y a des raisons qui font que nous nous bloquons au moment de les réaliser.

La peur de faire le premier pas, un manque de confiance en soi, une situation professionnelle stressante qui ne laisse aucun répit ou encore une situation familiale compliquée et envahissante.

Eh oui, nous le savons les sales périodes ça arrivent à tout le monde !

« Je veux répondre présent pour tous ces gens qui ont besoin d’un coup de pouce et qui tout comme moi ont des rêves et des projets plein la tête mais qui n’osent pas se lancer d’eux-mêmes.

Je veux également être là pour inspirer quotidiennement toutes ces personnes qui en auraient besoin.

Je remercie d’ailleurs ma communauté pour sa précieuse fidélité et confiance et c’est bien pour ça que je ne mettrais jamais ce lien en danger pour un partenariat ou un quelconque business. »

Et pour les 5 ans à venir, des projets ?

« Tu sais, il y a un an quand j’ai débuté avec ma chaine YouTube, je n’aurais jamais pensé avoir à mes côtés une communauté à ce point fidèle et grandissante.

Et puis, imaginer faire un partenariat avec une marque aussi cool que Fanta encore moins. C’était incroyable et impensable. Alors tu vois, je ne sais vraiment pas de quoi sera fait mon avenir mais je crois en lui et en tout ce qu’il pourra m’apporter de nouveau. »

Ce n’est pas d’avoir de la chance mais de la tenter et surtout d’y travailler. Noam sait se créer de belles opportunités en se donnant à fond dans tout ce qu’il entreprend, il le répète souvent, il aime mériter ce qui lui arrive.

Ses envies sont simples, il aimerait continuer sur cette lancée, évoluer à sa manière et créer du contenu aussi qualitatif que possible.

« Si je pouvais également en vivre ça serait merveilleux et je pense que je ne suis pas très loin du but ! »

Sur ces mots confiants et enthousiastes, nous remercions Noam pour cette interview et les éléments précieux qu’il a pu nous apporter.

Vous aurez aussi tout prochainement l’occasion de découvrir la suite des évènements à travers le témoignage d’une jeune blogueuse soigneusement sélectionnée par l’équipe 8bitstudio et qui nous parlera elle aussi de la relation influenceur-marque.

Restez connectés ça va être génial !

Commentaires