Retour au blog

Créativité et jeux participatifs. Ce que j’ai appris avec le « Gamestorming ». (I)

Vincent m’a lancé un défi récemment pour démarrer un nouveau projet concernant une application mobile que nous développons à l’interne. Objectif : obtenir un prototype « wireframe ». Contraintes : le faire en une journée et impliquer la totalité de l’équipe (créatifs et développeurs plus une personne externe à l’équipe) dans la phase créative.

Qui a dit peur ? Je me lance tête baissée dans une première phase de recherche… mais comment faire pour conjuguer des profils tellement différents ? Comment motiver les « fous » de la créa sans saouler les « geeks » du dev pendant toute une journée alors que je suis le premier à déconnecter lorsque j’ai affaire à des explications trop techniques…

Depuis quelque temps, je suis plongé dans la recherche de nouvelles pratiques de management et techniques créatives dans le but tout d’abord de renforcer mes compétences (et oui, dans ce métier l’apprentissage est une constante), mais surtout dans le besoin d’optimiser notre manière de travailler et la rendre plus agile…

Agile ! Le mot magique ! Je me suis souvent montré sceptique envers certaines méthodes appliquées à la créativité. Même si je pars du principe que celle-ci fonctionne un peu comme un muscle et qu’elle se renforce par la pratique… pondre un concept complet pour une application en une journée, il va en falloir des séances de « fitness créatif » !

Et c’est en parcourant le livre Scrum de Claude Aubry que j’ai découvert les « Innovation Games »… « oh wait ! » Quelqu’un a dit jeux ? Voilà un terme qui retient toute mon attention ! Etant moi-même un adepte des jeux de plateau, rôle, vidéo etc… Bingo ! Voilà une piste à explorer ! Je me retrouve donc avec une douzaine d’onglets ouverts sur mon navigateur et de fil en aiguille, je découvre le terme qui va ouvrir la porte magique… « Gamestorming ».

Je sais… cette méthode n’est certes pas toute nouvelle, mais elle a eu le temps d’être mise à l’épreuve et validée. De nombreux workshops se déroulent un peu partout dans le monde avec des résultats surprenants. Alors, pourquoi ne pas m’en inspirer et faire jouer l’équipe de 8bitstudio pendant une journée entière ?

Mais qu’est-ce-que le Gamestorming ?

Vous souvenez-vous (ou peut-être les subissez-vous encore ?) des longues séances dans les salles de réunions avec un cahier des charges infini, une équipe démotivée, un niveau de stress frôlant la stratosphère et les heures qui passent sans que rien ne semble aboutir sur l’idée qui tue ? Je suis certain que cela ne va pas vous manquer. Adieu « brainstorming » !

L’approche « Gamestorming » introduit un composant ludique très fort dans la phase de recherche de tout projet créatif mais il peut également s’avérer utile dans d’autres contextes comme les prises de décision, l’identification de problèmes ou l’élaboration de stratégies.

A travers divers jeux participatifs, l’approche « Gamestorming » renforce le travail en équipe et stimule la créativité. Sa grande force réside en sa capacité à intégrer les différents profils qui composent une équipe de travail, en donnant la possibilité à chacun de proposer ses idées et que celles-ci soient écoutées par tout le monde.

De plus, elle contribue à rendre les séances de travail plus efficaces en renforçant la collaboration et la communication entre les divers participants.

Finalement, elle peut tout à fait s’appliquer avec vos clients car elle contribue à établir une vision plus fraiche et innovante dans la recherche de solutions. Elle aidera vos clients à penser de manière plus créative tout en sauvegardant les enjeux de leurs prises de décisions et stratégies.

Ce que le Gamestorming n’est pas

Je tiens d’abord à préciser que le « Gamestorming » est bel et bien une méthode contenant un fort composant ludique, mais ce n’est pas un jeu. Je ne vais certainement pas vous le vendre comme s’il s’agissait du Graal de la créativité, mais comme un ingrédient qui va vous permettre de débloquer certaines situations en pensant de manière plus ludique. De plus, et comme pour la plupart des méthodologies existantes, ma recommandation est de ne pas l’appliquer de manière trop dogmatique, mais plutôt d’en extraire les éléments qui font sens pour vous, votre projet et votre structure. Le « Gamestorming » s’avère plus efficace si vous le combinez avec d’autres éléments provenant de méthodologies comme le « Scrum » ou le « Sprint design » (je reviendrai sur ce dernier dans un prochain article).

Si je peux me permettre l’analogie, il y a beaucoup de recettes pour préparer un bon gratin, mais c’est par l’expérience et l’expérimentation que chacun développe la recette qui lui convient le mieux.

En toute franchise, cette approche ne va pas résoudre vos problèmes financiers ni ceux de vos clients, elle ne va pas provoquer une invasion de prospects dans vos bureaux vous suppliant de leur vendre vos produits ou services. Vous n’allez pas être plus beaux ni plus intelligents. Par contre, vous apprendrez à penser en vous amusant ce qui est déjà un pas important dans un processus créatif.

Ce qui vous attend

Imagination, aisance dans la communication et surtout une grande envie de partager un moment ludique avec votre équipe, sont des éléments indispensables dans votre approche si vous souhaitez que la séance soit productive.

A ce stade, j’espère déjà avoir réussi à éveiller une partie de votre curiosité. Si comme moi vous allez jouer le rôle de modérateur, vous allez être responsable de la bonne ambiance et du rythme de la journée. Je vous confierai donc quelques petits secrets pour briser la glace et obtenir le meilleur de votre équipe dans mon prochain article. Je vous parlerai également de mon expérience en tant que « game master » avec l’équipe de 8bitstudio et des résultats que nous avons obtenu.

Edit: passer à la suite.

N’hésitez pas à réagir sur notre page Facebook et à m’envoyer vos questions. A bientôt !

Commentaires