Retour au blog

Trouver l’inspiration pour votre projet de communication

Vous êtes face à un problème qui va vous demander de sortir des sentiers battus pour être résolu.

C’est une situation à laquelle vous n’avez jamais fait face auparavant, mais ce n’est pas grave. Rien ne vous arrête, et vous vous dites déjà: « Il doit bien y avoir une solution à ce problème ».

Vous commencez alors à trouver des bouts de pistes. Vous assemblez quelques réflexions dans votre tête et un projet de solution commence gentiment à prendre forme.

Sauf que… au bout de 15 minutes, c’est le vide… Avancer devient de plus en plus difficile et chaque nouvel ajout détruit la superbe vision que vous aviez de votre projet.

Comment trouver l’inspiration pour un projet de design ou de site Internet?

Lorsque nous, designers ou développeurs Web, devons trouver l’inspiration au sein de l’agence, il nous est assez facile de nous rendre sur des sites précis et de rechercher des inspirations. Car nous savons techniquement comment les projets présentés ont été réalisés. Du moins, nous arrivons à l’imaginer.

Lorsque vous allez rechercher l’inspiration, il est important de savoir ce que vous désirez et surtout ce que vous ne désirez pas!

Nous avons fait le tour dans l’agence et avons trouvé plusieurs outils, méthodes ou astuces qui vous permettront d’être plus créatif.

1. Embrassez la contrainte

Nous sommes unanimes dans l’agence pour dire que c’est LE POINT fondamental.

En réalité, partez du principe que sans aucune contrainte, vous n’aurez jamais besoin de créativité pour avancer. La contrainte est très intéressante dans un projet car elle OBLIGE le créatif à imaginer de nouvelles solutions et d’autres approches dans un projet.

Pour vous permettre d’avancer sur votre projet, voici quelques astuces:

  • Limitez le nombre de couleurs que vous voulez utiliser (limitez aussi le nombre de polices).
  • Évitez les évidences du type: « Je vends des outils, alors je mets un marteau et un tournevis sur mon logo ». Trouvez d’autres moyens de transmettre vos valeurs.
  • Pour les logos, obligez-vous à avoir un logo carré, rond ou d’une forme précise.
  • Prenez un enregistreur audio et dites à voix haute ce que vous ne voulez pas pour votre projet. Vous serez surpris de voir que votre vision est beaucoup plus claire quand il s’agit de ce que l’on ne veut pas plutôt que ce que l’on veut.

 

2. Créer un Moodboard

moodboard

 

Le moodboard est une sorte de collage que nous effectuons sur une grande toile. Toutes les images permettent de définir un univers dans lequel nous souhaitons faire évoluer nos projets. C’est également un excellent moyen de communiquer entre nous sur un projet créatif de logo ou de design produit.

Comment créer son MoodBoard

Surfez sur le web et cherchez des images sur Google Images ou sur des sites de banques d’images tels que Thinkstock, Getty ou d’autres site de références (une liste se trouve en bas d’article) avec le mot clé de votre choix.

Enregistrez toutes les images « qui vous parlent » et qui vous plaisent. Qui ressemblent à ce que vous souhaitez créer.

Ouvrez un logiciel comme Photoshop (Microsoft Powerpoint ou Apple Keynote peuvent faire l’affaire) et collez toutes les images que vous avez téléchargé sur une seule slide. Ajoutez-y du texte et des mots si le cœur vous en dit.

3. Allez chercher l’inspiration sur le Web

Quoi de plus inspirant que d’aller voir ce qu’il se fait de mieux en terme de tendance et de travail dans notre domaine d’activité?

Chez beaucoup de designers et de développeurs, c’est quasiment un rituel quotidien. Avant de regarder ses e-mails et de polluer son esprit, un créatif va s’inspirer.

Voici quelques sites Internet qui font partie de nos inspirations :

Voici encore quelques pistes pour trouver des influences et des inspirations intéressantes.

  • Recherchez le hashtag #inspiration sur Twitter ou Instagram.
  • Allez à la Bibliothèque et regardez des livres de Design.
  • Suivez les agences qui vous inspirent sur Instagram ou Pinterest.

4. Copiez, copiez et inspirez-vous

Une des grandes forces de ce processus réside dans le fait que l’apprentissage s’obtient par l’imitation.

Partez du principe que le travail que vous souhaitez copier a été réalisé avec une réflexion précise et une intention particulière.

En prenant le temps de reproduire le travail qui a été réalisé, voici ce qu’il risque de vous arriver :

  • Vous allez découvrir de nouvelles façons de travailler.
  • Vous allez redécouvrir ce que vous copiez.
  • Vous allez développer votre sensibilité créative.
  • Vous allez développer d’autres approches.

Comment fait Joanie, notre visual designer?

Joanie Perroud, Graphic Designer chez 8bitstudio à Lausanne

Joanie fait partie de notre équipe créative à 8bitstudio. Si vous avez la chance de croiser Joanie, vous allez rencontrer une personne douce, calme, et dotée d’une certaine innocence lui permettant de développer ses idées sans contrainte et sans retenue.

Développer ses idées

« Lorsque je dois développer une idée, je fonctionne beaucoup par association de mots. Pour un projet industriel, je suis en train de créer des univers créatifs.

Un des éléments que j’aime faire pour trouver la créativité est de choisir un ou plusieurs mots relatifs au produit ou au service que je veux développer. Prenons l’exemple du mot « Email ». Je suis allée lire la définition du mot Email et suis tombée sur deux mots qui m’ont interpelée: Résistance et Brillance ».

Et c’est à ce moment-là que la magie opère. Joanie pose les mots sur son calepin, puis écrit d’autres mots plus ou moins proches. « Pierre », « Diamant », « Mine », « Or », « Far West », « Cowboy » … Les mots s’enchainent et entourent nos deux premiers mots.

« C’est comme si je faisais un brainstorming avec moi-même, je ne me mets pas de limites ».

Puis, une vingtaine de mots plus tard, Joanie s’arrête et me dit: « Là, je viens de créer un univers. Il ne me reste plus qu’à relire ces mots et en choisir quelques-uns que j’utiliserai pour développer l’idée ».

Dessiner, dessiner et encore dessiner.

Là, elle me montre d’autres pages de son calepin, et j’y aperçois des dessins plutôt grands et détaillés.

« Je dessine toujours des croquis très grands. Je me permets de prendre pas mal d’espace. ». Les esquisses présentent plein de détails plus ou moins bien dessinés et réalisés assez rapidement.

« Ce n’est pas nécessaire de bien savoir dessiner. Le but est juste de poser ses idées sur des croquis et d’avoir une vision de ce que je veux créer. Je commence toujours par le papier. ».

Il est super important de toujours commencer par un simple bout de papier et un crayon ou un stylo. Notre cerveau va généralement très vite. Il est, du coup, extrêmement important de pouvoir capturer vos idées sur le papier.

Si vous osez commencez sur ordinateur, vous pouvez vous heurter à plusieurs problèmes:

  • Vous ne trouvez pas l’image que vous souhaitez et cela vous frustre.
  • Vous perdez du temps à imaginer alors que cela irait deux fois plus vite sur papier.
  • Vous perdez du temps à déjà faire parfait alors que vous en êtes qu’à la phase de croquis.

Accepter le Challenge

Ça y est, vous avez réalisé votre logo et en êtes fier? Vous êtes content de ce que vous avez réalisé et vous le montrez à tout votre entourage?

Certains de vos amis seront absolument conquis par votre travail, bravo!

D’autre ne comprendront pas votre démarche. C’est normal, vous êtes tous différents avec différents modes de pensées et de réflexion. Soyez attentifs à leurs réponses et à leurs réactions. C’est un cadeau qu’ils vous font en partageant leurs impressions avec vous.

Dans notre agence, chaque idée est challengée par au moins 5 personnes de l’équipe lors de séance de travail collaboratif. C’est un processus qui prend du temps, certes, mais qui a l’avantage d’en faire gagner dix fois plus à l’équipe créative.

A la fin du Challenge, le ou la designer sait quelle direction prendre ou revoir. C’est une façon de confronter son idée à un public cible et d’accepter que le projet prenne une direction différente.

Lorsque vous vous retrouvez à modifier ce logo ou ce design dont vous étiez si fier, imaginez-vous que vous êtes encore en train de l’améliorer pour qu’il parle et plaise au plus grand nombre.

Recommencez! Encore et encore!

La créativité est un processus continu et sans fin. C’est la capacité à capter, voir, transformer et améliorer une idée. Alors entrainez-vous et continuer à dessiner, à bouger, à dialoguer avec vos proches et échanger.

Toutes ces actions nourriront votre capacité créative et vous permettront de créer davantage.

Interview de Tony, creative director

Tony Caridé, Directeur artistique chez 8bitstudio à Lausanne

Tony fait presque partie des meubles! Il est à 8bit depuis plus longtemps que quiconque dans l’équipe et a vu notre agence grandir petit à petit. Derrière son look de badass et sa bague en tête de mort se cache un homme sensible et (généralement) très calme.

Je demande à Tony quelle méthode créative il aime entreprendre. Et là, je me coltine le sempiternel « Ça dépend du projet »…

Je m’y attendais! Mais je veux aller plus loin. Alors je le pousse dans cette discussion et lui demande un exemple concret.

Aller à l’essentiel

« Tout dépend de ce que je dois créer. S’il s’agit d’un logo, je n’aurai pas la même structure que pour la création d’une vidéo ou d’un flyer. Mais je vais prendre l’exemple d’un logo pour cette fois.

Quand je dois designer un logo, j’ai une approche extrêmement rationnelle que je peux quasiment appliquer à chaque fois. Pour moi, le travail sur un logo est similaire à celui que l’on peut retrouver dans l’architecture. Il y a des règles qu’il ne faut pas enfreindre. »

Tony commence à jongler avec son stylo.

« Ça commence toujours avec un bout de papier et un stylo ou un crayon. Au début, on ne dessine pas. On écrit. En tout cas, moi, j’écris les valeurs de l’entreprise qui souhaite refaire son logo. Généralement, l’entreprise veut être bien perçue et nous donne trois fois trop de valeurs. Alors on réduit à deux voire trois valeurs qui nous parlent et qui nous inspirent.

Ces valeurs sont toujours différentes d’un client à l’autre. C’est pourquoi nous insistons pour toujours rencontrer nos clients avant de commencer un projet. »

A l’aventure

Tony gribouille quelques mots et les relie ensemble. De la même manière que Joanie auparavant. Je suis surpris.

« C’est un exercice connu, beaucoup l’utilisent. Il permet de se libérer l’esprit et d’aller à l’aventure. »

Ensuite, Tony retourne sa feuille et continue: « Puis, je vais voir les concurrents de mon client. Non pas pour m’inspirer ou copier, mais simplement pour les positionner sur le marché.

Un tel concurrent aura une communication orientée sur sa personne, le deuxième concurrent focalisera sa com’ sur ses produits et sa technologie, etc… Toute cette information permet de comprendre leurs codes de communication et d’en établir un nouveau, unique à chaque marque.

Tu peux trouver 10 entreprises de la même branche qui ont (de manière délibérée ou non) des directions artistiques complètement différentes et qui renvoient des idéaux et des signaux complètement différents.

Une fois que je me suis imprégné de tout ce qui existe déjà, je regarde quelles sont les pistes plus pertinentes et imagine entreprendre une ou deux approches créatives. Et là, je laisse aller mon imagination et essaie pleins de versions de logo.

Généralement, pour trouver la bonne piste, je pars sur deux ou trois approches totalement différentes qui découlent sur une vingtaine d’itérations. Ça arrive des fois de le faire en beaucoup moins d’essais, mais c’est très rare. »

Retour à l’essentiel

« Chaque round est challengé tout d’abord par notre équipe et ensuite par les contraintes techniques que nous pouvons anticiper. Le groupe sait nous dire quelle piste créative vaut la peine d’être développée et celles qui n’apportent aucune valeur.

Une fois qu’une piste créative est retenue, nous développons les logos en tenant compte des contraintes plus techniques:

  • Est-ce que le logo supporte d’être tout petit?
  • Est-ce qu’il supporte d’être gigantesque?
  • Est-ce qu’un daltonien peut le voir comme il faut?
  • Est-ce qu’il se lit bien en noir et blanc?
  • Est-ce qu’il transmet correctement les valeurs de la marque?
  • Est-ce-que si je l’applique à la concurrence il continue de fonctionner?

Il existe plusieurs dizaines de tests que nous réalisons pour les logos de nos clients.

Nous anticipons également les applications en simulant des cartes de visites ou des véhicules avec le logo. Pour voir si tout se passe bien. »

C’est quand même assez fou de voir que 98% des projets de logos de l’agence se sont super bien passés avec des clients qui ont tout de suite adoré le travail de l’équipe.

« Je pense que nous mettons un sérieux effort à toujours revenir à l’essentiel dans un logo et à le présenter comme une histoire à notre client.

Notre réflexion est souvent très longue et sinueuse. Nous explorons beaucoup de pistes et voulons être sûrs que ce que nous proposons colle parfaitement au client que nous avons rencontré. »

Je demande à Tony quelques conseils pour créer des logos et pour devenir meilleur dans la création de logo.

« Le premier conseil, éviter les modes… Oui! Il y a des modes aussi dans les logos. Hier, on mettait du relief avec le biseautage (mon dieu ce que c’était moche). Aujourd’hui, les couleurs sont dites flats (couleurs plates, sans dégradés ni textures).

Si vous faîtes un logo qui s’inspire trop d’une mode, il vieillira très vite. Chez nous, nous espérons que certains de nos logos dépassent les 50 ans d’existence.

Le deuxième conseil est d’observer et s’inspirer des grands classiques: Nike, Louis Vuitton, Shell, American Airlines, Audi… Prenez n’importe quel logo un tant soit peu connu et qui vous plaît, et reproduisez-le. Vous comprendrez très vite quels sont les points qui rendent ce logo unique et attrayant. »

Et si vous êtes encore coincés!

Si vous souhaitez créer quoi que ce soit chez vous et que malgré ces conseils, vous bloquez encore, faites un tour sur cet outil en ligne que nous utilisons aussi dans l’agence: www.oblicard.com. Ce site propose une méthode appelée « Stratégie Oblique » développée par Brian Eno et Peter Schmidt en 1975. Des phrases, parfois un peu cryptiques, qui vous obligeront à repenser la direction que vous avez prise et à en imaginer des nouvelles. Cette méthode à inspiré des artistes comme Bowie, entre autres.

Certaines phrases comme « Retire tout ce qui ne te semble pas essentiel » peuvent parfois faire l’effet d’une bombe sur votre créativité, puisqu’elles vous obligent à vous distancer le temps d’une fraction de seconde de votre travail.

Au moment où vous replongerez sur votre projet, vous ne le verrez déjà plus comme avant et serez capable de le développer facilement.

Nous espérons vous avoir aidé à trouver et développer votre créativité! Au prochain article, nous parlerons d’une méthode créative de haut vol que qui vous permettra d’obtenir votre logo (ou autre projet créatif) en l’espace de 24 heures!

Commentaires